Programme

Les horaires généraux du défilé :

  • 10h10 : arrivée du Président de la République
  • 10h30 : début du défilé (animation initiale)
  • 11h45 : fin du défilé (animation finale)
  • 12h00 : départ du Président de la République

 

Le défilé 2017 en chiffres

Défilé aérien
63 appareils : 49 de l’armée de l’Air, 6 de la Marine nationale et 8 de l’US Air Force

Défilé des troupes à pied
3 765 hommes

Défilé des hélicoptères
29 appareils : 17 de l’aviation légère de l’armée de Terre, 5 de l’armée de l’Air, 3 de la Marine nationale, 3 de la Gendarmerie nationale et 1 de la sécurité civile

Défilé des troupes motorisées
211 véhicules dont 62 motos

Défilé des troupes montées
241 chevaux

     
 

 Animation initiale

100 ans de technologie

L’entrée en guerre des États-Unis est un tournant dans la Grande Guerre, comme l’innovation qui favorise la bascule stratégique vers la victoire. L’année 1917 voit en effet le premier engagement de chars français, ou encore le développement de techniques efficaces pour contrer la guerre sous-marine à outrance engagée par la marine allemande.

L’innovation technologique fut et reste un facteur clé de l’autonomie stratégique de la France. Elle permet aux armées françaises de conserver une longueur d’avance et de faire la différence.

Ainsi, le Schneider CA1, conçu pour l’appui et la protection des fantassins, ou encore le char Saint-Chamond et son puissant canon de 75 mm, ont laissé la place aux VBCI (Véhicule blindé de combat d’infanterie) ou au Leclerc, seul char au monde capable de tirer à 50 km/h, conjuguant grande maniabilité et puissance de feu. Le programme Scorpion, en cours de développement, vise pour sa part à assurer la modernisation des groupements tactiques interarmes.

La guerre sous-marine menée contre le trafic maritime marchand menaçait la logistique des alliés. C’est là encore de l’innovation en 1917 que viendra la solution, avec le développement de techniques de camouflage, ou encore l’apparition de l’hydrophone, ancêtre du sonar. Aujourd’hui encore, c’est l’innovation qui permet à la marine de conserver son avance technologique, avec par exemple les futures frégates de taille intermédiaire ou les travaux sur le système de lutte anti-mines du futur, qui combinera un bateau mère et des drones.

Dans le domaine aéronautique, un pionnier de l’aviation militaire et premier stratège de l’air, Clément Ader, développait déjà avant la Grande Guerre les principes de supériorité aérienne. Après plus de cent ans de tradition et d’expertise aéronautique française, le Rafale est l’un des avions de combat les plus performants et l’avion le plus polyvalent au monde. Résultat d’années de recherche, le Rafale fait actuellement la démonstration de ses capacités opérationnelles dans l’opération Chammal. L’innovation ne s’arrête pas là avec la qualification en cours du Rafale au standard F3-R ou encore les travaux de recherche sur le Système de combat aérien du futur.

La Direction générale de l’armement (DGA) coordonne les efforts en matière de recherche et d’innovation de défense. Elle fédère et encourage le travail collaboratif entre acteurs civils et militaires. Pour préparer l’avenir elle explore les grands domaines technologiques, comme l’intelligence artificielle, les capteurs cognitifs et la réalité virtuelle. En réseau avec les armées et les industriels, la DGA conduit la réflexion pour identifier les menaces, définir les solutions possibles en termes d’équipements et de modes opératoires. Elle investit chaque année 730 millions d’euros dans les études amont afin d’obtenir les ruptures technologiques nécessaires pour conserver la supériorité opérationnelle.

 

 Animation de clôture

Opérationnels ensemble, jusque dans le domaine des musiques militaires

L’animation de clôture du défilé du 14 Juillet met en valeur l’excellence des formations militaires des différentes armées et de la gendarmerie. Sous la baguette du chef de musique hors-classe Jean-François Durand, la formation musicale rassemblera des instrumentistes de la musique de la garde républicaine, de la musique de l’air, de la musique de la flotte, de la musique des sapeurs-pompiers de Paris, de la musique de la Légion étrangère, de la musique des transmissions, de la musique de l’arme blindée cavalerie, de la musique de l’artillerie, de la musique des parachutistes et de la musique des troupes de marine.

La variété du répertoire a été rendue possible grâce aux arrangements réalisés par les musiciens militaires.

Programme :

  • Marche militaire d’arrivée
  • « Nissa la Bella » : hymne de la ville de Nice écrit le 14 juillet 1903 par Menica Rondelly 
  • « Taptöe » : marche militaire au tambour 
  • Medlay de musiques électroniques du groupe français Daft Punk 
  • « C’est la fête » de Michel Fugain 
  • Marche de départ
MAJ : 05/07/2017 Imprimer  | Retour Retour haut de page